Guéguerre consternante au Conseil municipal.

Publié le par L'Orange berruyère

Vendredi soir, le Conseil municipal de Bourges a vu l’opposition (gauche) quitter la salle.

 

La raison ? Yannick Bedin (PCG) et Irène Félix (PS) ont voulu, à l’occasion de l’examen d’une délibération portant sur la démocratie citoyenne, glisser un mot au sujet de la fin annoncée de la publication papier de La Nouvelle République. Invoquant le règlement intérieur, qui semble renvoyer ce genre d’allocution à la fin du Conseil municipal, le Maire, Serge Lepeltier (UMP/PRD), leur a fait couper le micro, provoquant l’indignation et le départ des élus de l’opposition (le tout, en direct sur twitter svp !)

 

Je trouve cette histoire consternante, et j’en renvoi la responsabilité aux deux « camps ».

Je pense que, même si l’invocation du règlement intérieur parait justifiée, Serge Lepeltier aurait pu laisser l’opposition s’exprimer. Il y a les règles, et il y a la façon dont on les applique.  

Du coté de l’opposition, si le « coup de sang » peut se comprendre,  le fait de quitter la séance ne me semble tout de même pas être un acte glorieux. Lorsque l’opposition départementale (donc la « droite ») avait quitté la salle des délibérations du Conseil général, la « gauche » avait été la première à dénoncer cet acte...

 

Le pire, dans cette histoire, c’est que le Maire de Bourges avait prévu une allocution en fin de conseil pour parler de La Nouvelle République ! Oui, vous avez bien compris : le fait que La Nouvelle République disparaisse désole tout le monde au Conseil municipal, mais avec le système politique manichéen qui rend les rapports droite-gauche uniquement conflictuels, les deux camps ne sont pas foutus de s’exprimer de concert, même lorsqu’ils sont d’accord !

 

Sur un sujet qui devrait faire consensus, la disparition du pluralisme de la presse locale, il aurait fallut que les deux bords puissent communiquer afin d’apporter un message commun.

Il faut, parfois, savoir faire abstraction du dogme politique pour laisser place à la raison.

 

J’en profite pour rappeler que La Nouvelle République n’est pas encore totalement morte !  Si la version papier va disparaître au mois d’octobre, une version exclusivement web sera mise à l’essai pendant un mois. Si vous voulez soutenir le pluralisme, n’oubliez pas de consulter massivement cette version web.




Pour cette préstation de vendredi soir, un petit "facepalm" bien mérité :


Publié dans Bourges et Berry

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fanal Safran 29/09/2009 01:04


En pleine bataille il faut prendre "le parti d'en rire".
http://fanal-safran.over-blog.com/article-36579732.html

Bonne nuit,
Danielle