Et si l’écologie n’avait pas sa place en politique ?

Publié le par L'Orange berruyère

Je vois souvent ressortir, au cours de débats physiques ou numériques, la question de la responsabilité de l’homme sur l’actuel changement climatique, voir de la réalité de ce changement et de ses effets néfastes. En effet, certaines théories scientifiques (de plus en plus fortement relayées sur Internet) prétendent que l’homme et ses émissions de CO2 ne sont pas les acteurs principaux des dérèglements climatiques, que la hausse des températures est une chose tout à fait naturelle et que la combattre ne sert à rien.

 

Je ne suis pas un écologiste chevronné. J’entends par là que, si j’ai pleine conscience de cet enjeu majeur, je ne me sens pas suffisamment expert pour pouvoir prétendre être compétent.

Bien évidemment, j’ai quelques notions, comme la plupart des citoyens. Mais je suis bien incapable de distinguer clairement les contours globaux d’un monde qui serait suffisamment respectueux envers la nature pour garantir la prospérité infinie de l’homme.

 Du coup, quand, dans un débat politique, la question de la position à avoir sur le changement climatique est posée, je suis bien incapable de répondre par des considérations scientifiques.

Pour autant, est-ce vraiment à moi, citoyen qui fait une réflexion politique, de statuer sur l’opportunité, ou non, d’intervenir face aux changements climatique ? Est-ce à moi, politique, de dire si se phénomène existe, si il est du fait de l’homme, si on peut le combattre et si il faut le combattre ?

 


D’une manière plus générale, j’ai tendance à trouver que, lorsqu’on prétend faire de l’écologie en politique, on se concentre trop souvent sur des débats techniques, sur des querelles d’expertises, sur des oppositions de théorie scientifique…

«- Les argocarburants, c’est bien parce que si et ça…

- Mais non ! Les argocarburants, c’est mal, comme le montre l’étude du bidule chose truc…

- Les OGM, c’est dangereux, c’est démontré par machin….

- C’est faux, telle agence à prouvé l’innocuité, et bla bla bla… »

 

En titre (racoleur) je demande si l’écologie a bien sa place en politique. Et bien je pense que ce type d’écologie, celle que je viens de décrire, n’a rien à y faire !

Je pense que le politique n’est pas là pour prendre la place des scientifiques, qu’il doit laisser ceux-ci travailler et se quereller tranquillement, qu’il doit se fier à ce qu’il en ressortira.

Ce n’est pas au politique d’affirmer la validité, ou non, de considérations scientifiques, fussent-elles écologiques.

 


Que les scientifiques ne soient pas tous d’accord entre eux, c’est tout à fait normal, y comprit sur la question climatique.

 

En effet, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, la science est une discipline qui n'est pas sensée présenter une vérité incontestable.

La vérité scientifique n'est que la photographie, à un instant précis, d'un rapport de force entre théories contradictoires qui, par la supériorité quantitative et qualitative très majoritairement reconnue de l'une d'entre elles, donne lieu à un consensus en faveur de cette dernière.

La science ne dit pas "Voilà ce qui est vrai !", elle dit "Voilà, pour une majorité d'entre nous, la meilleure théorie dont nous disposons.".

 

Il y a, dans la science, l'idée que l'on est toujours en recherche et que tout peut être remis en cause, pourvu que ce soit suffisamment motivé et étayé.

 


Dans le cas du réchauffement climatique, le consensus ultra majoritaire est celui de son existence et d'une influence de l'homme sur celui-ci. Que certains scientifiques pensent le contraire me parait normal, pour ne pas dire tout à fait sain. Pour autant, le politique n’a pas à se poser la question, ce n’est pas, à mon sens, son domaine de compétence. Le politique doit se contenter de suivre les avis des scientifiques.

 


Cela ne veut pas dire que le politique n’a pas son mot à dire en matière d’écologie, bien au contraire ! Seulement, plutôt que de s’attarder à vouloir trancher sur des querelles scientifiques, il ferait mieux de s’attacher à favoriser l'indépendance, le sérieux et la capacité d'autocritique du monde scientifique.

Tenir la recherche loin des lobbys, financer suffisamment, veiller au respect des protocoles de validation des théories scientifiques, garantir l’existence de recherches contradictoires, assurer la diversité de publication, mettre en place des systèmes de contrôle éfficaces, faire respecter le principe de précaution …

C’est là, à mon sens, que le politique doit voir son travail écologique, ainsi que dans l’application et l’adaptation des consignes des scientifiques, pas dans des débats qu'il faut laisser aux chercheurs.

 


Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

passage 25/10/2009 14:02


Pour moi, l'écologie n'est pas limitée au "vert"
L'écologie est une manière de résolutioner un problème (quel qu'il soit) qui tient compte des effets des choix possibles de cette résolution sur tout le reste. Une manière d'évaluer leurs effet.
Cette pratique écologique permet, de controler (dans l'espace et dans le temps) ces effets, et de mettre en place des actions correctives en fonction de des résultats obtenus.
Il n'y a pas de vérité, il y a des choix plus ou moins bons dans certaines circonstances.
Taxe carbone ou pas, mesures de prévention pour les effets de réchauffement climatique, pack fiscal, ... ces choix de politiques publiques doivent être faits avec des experts, des citoyens
représentants de toutes les cathégories de la population concernée, de politiques qui ont le pouvoir de donner les moyens... Bref, toutes ces personnes qui doivent être prises en compte au risque
d'entraîner de plus graves problèmes dans le cas de fruxtration des uns ou des autres...

Euh.. J'espère avoir été claire lol

Bref, je suis assez d'accord avec votre argumentation...

(°o°...


Charles Daney 25/10/2009 07:18


Mon chat s'est occupé de cette question il y a deux jours. L'écologie n'a pas sa place en politique. elle mérite mieux que çà. C'est une question de société et... d'éducation.